Ce sont principalement des Anolis’toires, c’est à dire, des histoires contées par Anolis.

Née nîmoise elle renaît Conteuse sur les scènes colombiennes en 2007/2008.

Elle a découvert le conte bercée par le flot des paroles conteuses de l’oncle et la grand-mère (classique), a lancé ses premières histoires autour des feux de camps scouts, puis est devenue conteuse professionnelle en changeant de continent.

Partie en 2007 mener une enquête de terrain en Colombie sur le rapport entre l’oralité et la violence, elle y a aussi tissé son réseau artistique.

Ce furent 5 mois qui se transformèrent en cinq ans – elle en revient avec un petit franco-colombien dans sa besace et une furieuse envie de faire sonner la folie tropicale dans son bout de territoire.

Forgée par cette expérience multiculturelle, elle conte aujourd’hui “au pays” tant dans son français maternel qu’en espagnol – pour les grandes et pour les petites oreilles.